top of page

CE QUI CHANGE EN 2024

Budget 2024 : Quelles seront les principales évolutions à partir du 1er janvier ?


Comme chaque fin d’année, le gouvernement valide son budget pour l’année suivante et comme en début d’année 2023, plusieurs changements vont ainsi être adoptés et impacter le quotidien des Français en ce début d’année 2024. Sécurité routière, tickets-restaurants, prêts à taux zéro, MaPrimeRénov, prestations sociales… Voici un petit tour d’horizon des principales annonces déjà connues à ce jour.



REVALORISATION DES RETRAITES


Pour faire face à l’inflation de cette année 2023, les pensions de retraite « seront toutes revalorisées de +5,2 % au 1er janvier 2024 », avait annoncé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, en septembre dernier. Un chiffre qui pourrait d’ailleurs être revu à la hausse. La grande majorité des retraites étant versées à terme échu, ce n’est donc qu’à partir de février 2024 que cette revalorisation devrait être prise en compte.



REVALORISATION DES MINIMA SOCIAUX


Au 1er avril 2024, certaines prestations sociales seront revalorisées de 4,6 %. Le revenu de solidarité active (RSA) passera à 635,70 € pour une personne seule, l’allocation adulte handicapé (AAH) sera d’environ 1 016 € pour les personnes n’ayant aucune ressource, le minimum de l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI) devrait passer à 325,90 €. L’allocation équivalent retraite de remplacement (AER), l’allocation de solidarité spécifique (ASS), l’allocation temporaire d’attente (ATA), l’allocation pour demandeur d’asile (ADA), l’allocation veuvage (AV) et le revenu de solidarité (RSO) seront également concernées par cette revalorisation.



PRÊT À TAUX ZÉRO


Le prêt à taux zéro (PTZ) qui devait être supprimé à partir du 1er janvier 2024, sera finalement étendu jusqu’au 31 décembre 2027… Mais sera réservé aux logements collectifs en zones tendues, excluant ainsi l’achat de maison sur plan. Une mauvaise nouvelle pour le secteur de la construction qui sort d’une année 2023 très mitigée. En 2024, le PTZ passera à 100 000 € contre 80 000 € précédemment et s’étendra aux foyers gagnant jusqu’à 4 000 € par mois.



ÉCO-PRÊT À TAUX ZÉRO


Le dispositif d’aide à la rénovation énergétique sera prolongé jusqu’en 2027. L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) est un prêt sans intérêts qui permet aux particuliers, quels que soient leurs revenus, d’emprunter jusqu’à 50 000 euros pour financer des travaux de rénovation énergétique. Son remboursement s’effectue sur une durée maximale de 20 ans.



MAPRIMERÉNOV


Le dispositif « MaPrimeRénov » se recentrerait sur les rénovations «d’ampleur» des passoires énergétiques. L’aide sera donc reconduit en 2024, mais les ménages ne pourront plus uniquement rénover une fenêtre ou isoler leurs combles. Le plafond de dépenses des aides des ménages les plus modestes passera à 70 000€ contre 35 000€ aujourd’hui et la subvention pourrait atteindre 90 % du montant de la facture.



SÉCURITÉ ROUTIÈRE


C’était une annonce faite par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin en avril dernier, au 1er janvier 2024 ce sera une réalité : Les petits excès de vitesse, lorsque ils seront inférieurs à 5 km/h, ne seront plus sanctionnés par la perte d’un point sur le permis de conduire. En revanche, Il faudra toujours s’acquitter de l’amende. En 2020, sur les 12,5 millions de contraventions envoyées pour des excès de vitesse contrôlés par des radars, 58% concernaient des excès inférieurs à 5 km/h.


TICKETS-RESTAURANT


À l’été 2022, le gouvernement avait mis en place une mesure d’urgence permettant aux consommateurs d’utiliser les tickets-restaurant pour certains produits alimentaires comme les pâtes, le riz, la farine, ou encore la viande. Face aux inquiétudes des consommateurs en raison de l’inflation, cette dérogation qui devait prendre fin au 1er janvier 2024 sera finalement prolongée. Une prolongation qui est loin de faire l’unanimité dans le secteur de la restauration.



COMPOSTAGE OBLIGATOIRE


Le 1er janvier 2024 marquera également l’application de l’article 88 de la loi Anti-gaspillage pour une économie circulaire (Agec) adoptée en février 2020. Les collectivités auront l’obligation de proposer une solution de tri à la source des biodéchets et il faudra suivre la nouvelle réglementation concernant le tri sélectif. En clair, le compostage des déchets organiques devrait être obligatoire pour tous, professionnels et particuliers. Aucune amende n’est prévue pour vous y contraindre, mais le tri de ses biodéchets étant un geste citoyen et écologique, il n’y a pas de raison de ne pas s’y mettre.

4 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page